Revenir à Coopération et Développement

Tunisie

Le projet Processus de Capitalisation autour des projets du pôle Insertion Socioprofessionnelle – Economie Sociale et Solidaire (PCPA Tunisie) 

Description

En partenariat avec l’association Création et Créativité pour le Développement et l’Embauche et avec les membres du pôle « Insertion Socio-Professionnelle et d’Economie Sociale et Solidaire » (ISP-ESS), le projet « Processus de capitalisation des projets d’Insertion Socio-Professionnelle et d’Economie Sociale et Solidaire » s’inscrit dans le cadre du Programme Concerté Pluri-Acteurs Soyons Actifs-Actives en Tunisie.

Débuté en septembre 2016, il a un double objectif d’identification des pratiques sociales novatrices et de modélisation des savoirs acquis lors des expériences de projet ainsi que d’appropriation des connaissances par les acteurs de terrain pour une utilisation des résultats de l’étude dans des contextes diversifiés. Par conséquent, la capitalisation des expériences, au sein du pôle ISP-ESS est non seulement une source de production de connaissances mais aussi un moyen de promouvoir l’ESS et l’emploi décent en adéquation avec les besoins diversifiés des populations et en concertation avec les acteurs socio-économiques.

Résultats

La capitalisation est tournée vers l’avenir puisqu’elle met en exergue non pas une liste de faits (actions, résultats, impacts) mais des processus conduisant de l’initiative aux effets constatés. Un double intérêt se dégage d’une telle démarche :

  1. L’évaluation peut se permettre le surplomb, une observation et une analyse externes ; la capitalisation réclame un tel niveau de compréhension des phénomènes vécus qu’elle ne peut que passer par un travail des acteurs eux-mêmes. Dit autrement, la capitalisation ne peut qu’être endogène et participative (même si des tiers s’engagent avec les acteurs impliqués pour en soutenir le travail). Aussi « la capitalisation d’expérience est une démarche qui renforce les capacités des acteurs bénéficiaires du partage » en mettant à jour les processus qu’ils ont animés.
  2. Lorsqu’un Projet est évalué comme réussi, il peut faire modèle. Mais faute d’une faible appréhension de ses dynamiques singulières, le risque est de reproduire le projet à l’identique comme s’il s’agissait de transposer des pratiques. Des décennies d’expériences ont montré l’inefficacité de ce mécanisme. La capitalisation, parce qu’elle rend compte au plus près des processus transformateurs, permet de repérer les aspects clefs d’une réalisation qui sont transférables dans un autre contexte. En produisant une connaissance qui extrait d’une réalisation vécue des aspects intelligibles, elle favorise la transférabilité des pratiques considérées comme pertinentes par les acteurs dans leur analyse des processus.

La capitalisation au sein du pôle ISP-ESS a donné lieu à un livrable dont une synthèse est téléchargeable en annexe.

Implication de l’IMF

L’Institut Méditerranéen de Formation est co-porteur de ce projet. Emmanuelle Chaumette, coordinatrice du projet à l’IMF, à développer une approche concertée qui a permis de co-construire un dispositif de capitalisation au plus près des attentes des acteurs et apprendre, chemin faisant, à déployer une stratégie collective d’identification des savoirs issus de l’expérience. Ce dispositif de capitalisation intègre divers outils tels que le recueil et l’analyse de données à distance et sur le terrain, l’organisation de focus group sur les territoires d’expérimentation en Tunisie ou encore la création d’outils de communication clairs et innovants sur les contenus de la capitalisation et la démarche. A partir de 2020, une deuxième phase de capitalisation devrait voir le jour sur tous les pôles du PCPA tunisien : le pôle ISP-ESS, le pôle éducation populaire et le pôle démocratie locale et participative.

Le Programme Concerté Pluri-Acteurs Tunisien – Soyons Actifs/Actives

Description

Piloté par le Solidarité Laïque, le Programme Concerté Pluri-acteurs (PCPA) Tunisie ou Soyons Actifs/Actives a vu le jour en 2012 et a l’ambition de consolider son action jusqu’en 2025. Ce programme franco-tunisien, réunissant 67 entités (associations, syndicats, coopératives, collectivités territoriales et pouvoirs publics), a pour objectif de renforcer les capacités des organisations de la société civile tunisienne et française qui vise la réduction des inégalités d’accès aux droits. Pour ce faire, en plus d’avoir créé des espaces de concertation, appuyer les projets de la société civile et former les membres des associations membres, le programme a divisé son organisation en trois pôles thématiques :

  • Le pôle « Insertion socioprofessionnelle et Economie Sociale et Solidaire » (ISP-ESS) a pour objectif de soutenir les structures membres à aider les populations les plus vulnérables à s’insérer professionnellement par l’entreprenariat collectif et contribuer à l’élaboration d’une vision partagée et claire de l’ESS en Tunisie.
  • Le pôle « éducation » a pour but de promouvoir une éducation socioculturelle de qualité, partout, pour tous, obligatoire, gratuite et égalitaire ainsi que la culture de la citoyenneté, qui est la meilleure chance pour lutter contre la violence et pour assurer la démocratie.
  • Le pôle «  démocratie participative » veut sensibiliser les citoyens, et notamment les jeunes, aux enjeux de la démocratie ; promouvoir des mécanismes démocratiques innovants, participatifs et inclusifs et interpeller et échanger avec les pouvoirs publics sur ces thématiques.

La deuxième phase du programme

En juillet 2019, l’ensemble des membres du programme franco-tunisien s’est donné rendez-vous à Tunis et Bizerte pour définir les contours d’une nouvelle phase (2019-22) de manière concertée, transparente et démocratique. Les différents ateliers de cette Assemblée Plénière ont permis de réitérer les engagements des acteurs à lutter pour une société plus juste, durable et inclusive et ils se sont donnés pour objectifs de :

  • Poursuivre sur les trois thématiques qui constituent des espaces d’échange d’expériences, d’apprentissage collectif, de co-construction des connaissances et développer les approches transversales telles l’approche inclusive et la protection de l’environnement.
  • Consolider le soutien aux projets pilotes pluri-acteurs dans les territoires tunisiens en priorité, mais également en réciprocité avec des territoires français.
  • Engager une stratégie de concertation et d’influence sur les politiques publiques à travers la construction d’une une vision politique commune autour d’enjeux partagés entre les membres du programme.
  • Penser l’avenir en développant un projet de lieu coopératif dédié au travail de la société civile permettant l’accompagnement de projets, la formation et la vente de produits issus de l’économie sociale et solidaire.

Implication de l’IMF

Sur la première phase du PCPA est multiple. L’Institut Méditerranéen de Formation a contribué à la gouvernance collective du programme en participant au Comité du Pilotage, organe exécutant les décisions de l’Assemblée Plénière, durant trois ans. Muriel LION, cheffe de projet Coopération Internationale, a remis son mandat d’élue à cette instance los de cette Assemblée Plénière afin qu’un autre membre puisse prendre la relève.

L’IMF était également partenaire des projets « Plaidoyer autour de l’ESS », « Mutualisation des ressources », « L’Economie Sociale et Solidaire, de l’engagement à l’action », « techniques multimédias au service de l’emploi et de l’ESS » et « Article 27 ». Ces activités nous ont notamment permis de développer un réseau important d’acteurs associatifs, de militants syndicaux et d’acteurs institutionnels. Ce réseau a été mobilisé pour le montage du projet « AlterMed ».

en savoir plus
site web

Nos réalisations

Le projet Jeunes talents (Ras El Jebel – Bizerte)

Description du programme

L’idée a l’origine de l’initiative intitulée « De l’appui aux jeunes talents à l’entreprenariat dans le champ de l’ESS », est de faire réfléchir les jeunes à des solutions nouvelles et de leur faire comprendre que le développement d’une activité économique peut résoudre un problème. L’objectif du projet, porté par l’association Création et Créativité pour le Développement et l’Embauche (CCDE) de Ras Jebel (Bizerte), est de rendre la création d’emploi et l’entreprenariat collectif dans le champ de l’ESS accessible aux jeunes et les accompagner pour la concrétisation de leurs activités.

Dans ce cadre, en juillet 2018, la Société Coopérative des Entrepreneurs Solidaires (SCES) a été inauguré. C’est la première Coopérative d’Activités et d’Emploi  (CAE) de Tunisie. Cette nouvelle structure est une entreprise partagée sous la forme d’une SCOP regroupant plusieurs entrepreneurs quelque soit leur savoir-faire, leur permettant de démarrer dans un cadre sécurisé et d’être accompagner dans le développement et la gestion de leur activité. Avec cette expérimentation, il s’agit de tester une solution innovante à la problématique du chômage, notamment chez les jeunes et les femmes, de réduire la part des activités informelles, d’élargir la couverture sociale aux entrepreneurs et de contribuer à la dynamisation des trois municipalités et des deux conseils de village.

L’Institut Méditerranéen de Formation a co-piloté le projet en partenariat avec la CCDE et la Manufacture Coopérative « Manucoop ». L’IMF a appuyé l’organisation et/ou l’exécution des activités suivantes :

  • Un séminaire de sensibilisation sur l’Économie sociale et solidaire.
  • Des formations sur les activités professionnelles, projets personnels et l’insertion par la création d’activités
  • Des ateliers collectifs de formation sur la rédaction de plans d’affaires
  • Un dispositif d’accompagnement des jeunes à la concrétisation de leurs activités
  • Un stage d’immersion pour le futur gérant de la CAE
  • La création de la SCES
site web

Lien Permanent pour cet article : https://www.imf.asso.fr/pages/?page_id=4411